To show the blog in your own language, please select it in the translation box on the right.


lundi 24 juin 2019

Review #573 : Laphroaig – PX Cask


Review #573 : Laphroaig – PX Cask

Depuis 2011, Laphroaig prévoit régulièrement des batches d’un single malt réservé, théoriquement, au Travel Retail.
Il s’agit d’une version « PX Cask » qui a subi 3 types de maturations successives.
Le new make est d’abord mis en murissement dans les traditionnels fûts de bourbon de réemploi, puis passe quelques mois dans des quarter casks qui lui donneront un échange plus intime avec le bois de chêne.  Enfin, je ne sais pas si on peut parler de « finition », mais le single malt passe encore quelques mois dans des fûts ayant servi à la maturation de sherry Pedro Ximenez.

Le conditionnement est en format de 1 litre, le whisky n'est pas filtré à froid ni coloré.

La dégustation

Robe : ambre
Nez : le premier nez est très marqué par le goudron, le tarmac.  Je préconise donc d’attendre une dizaine de minutes avant d’aborder la dégustation. Une fois ces arômes dissipés, nous apprécierons pleinement les notes fumées/tourbées, plutôt médicinales, et un nez très sherry.  Notes de raisins secs, de réglisse, de massepain et de caramel, et une touche iodée.

Bouche : douce, sèche et bien équilibrée, belle association tourbe/sherry avec un caractère végétal/floral.  Ensuite viennent des amandes, du caramel et une légère sucrosité. Le caractère maritime reste vraiment en arrière-plan.
Finale : mi-longue et asséchante, sur la fumée de tourbe et les fruits secs.

Les Travel Retail Exclusives ne garantissent pas nécessairement une qualité gustative supérieure (et n’est pas toujours moins cher que chez les cavistes...). C’est souvent l’occasion, pour les distilleries, d’expérimenter des maturations originales, comme ici avec ce PX Cask. Parfois, le résultat est intéressant.
Pour cette version, nous retiendrons que le sherry a vraiment pris le dessus sur les passages en fûts de bourbon et on peut se demander quel est, alors, l’intérêt d’un passage en quarter casks. Le nectar offre toutefois un bon rapport qualité/prix.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 21 juin 2019

Review #572 : Kilchoman – 10 Years Old – Single Cask – “The Boss for Belgium”

Review #572 : Kilchoman – 10 Years Old – Single Cask – “The Boss for Belgium”

 
Après plus de 10 ans de production, Kilchoman a pris ses marques dans le monde du scotch whisky.  Ils se sont fait une sacrée réputation, en proposant, cuvée après cuvée, des single malts tourbés d’une qualité indéniable. Rappelons que Kilchoman est l’une des rares distilleries indépendantes écossaises, les autres étant souvent la propriété de multinationales.

L’importateur de la marque pour la Belgique, The Nectar, a sollicité un embouteillage spécialement réservé au marché belge, un 10 ans d’âge.
Voici donc un single cask (fût de bourbon n° 128/2008), distillé le 20 mars 2008 et embouteillé le 10 octobre 2018.  Le nombre de bouteilles est limité à 242. Le produit est bien tourbé, avec ses 50 PPM de phénols annoncés à la sortie des alambics.

Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/121428/kilchoman-2008  

La dégustation
Robe : maïs

Nez : frais et très fumé, une tourbe médicinale équilibrée par des fruits du verger, des agrumes et un peu de bitume.
Bouche : puissante, corpulente, douce et super fumée, mais plutôt minérale, de la cendre chaude, avec des notes herbacées, du foin, et des arômes plus doux comme le chocolat. Le fruits se font discrets.

Finale : longue, douce, avec une fumée persistante et le développement des notes fruitées sur la fin.
Kilchoman est reservé au amateurs de belle tourbe, très différente de ce que font ses voisines Caol Ila ou Laphroaig.  On sent le savoir faire et la volonté permanente de persévérer.  Je valide...

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 19 juin 2019

Review #571 : Nectar of The Daily Drams – Clynelish 22 Years Old – 1995-2018


Review #571 : Nectar of The Daily Drams – Clynelish 22 Years Old – 1995-2018

Lors du dernier salon « Spririts in the Sky », j’ai eu l’occasion de m’attarder au stand de l’importateur belge The Nectar, sachant que j’allais certainement tomber sur l’une ou l’autre pépite.  Nectar a acquis, au fil des années, la réputation de bien choisir les fûts qu’ils font embouteiller en leur nom.

Avec ce Clynelish de 22 ans, cela se confirme une fois de plus.  Le distillat date de 1995 et l’embouteillage de 2018, après un long séjour dans un single cask de sherry. Je n’ai pas connaissance du nombre de bouteilles sorties du fût.
Embouteillé en brut de fût, le nectar n’a bien entendu subi aucune coloration ni filtration à froid.  Que du bonheur...

Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/117717/clynelish-1995-dd


La dégustation
Robe : vieil or

Nez : frais et fortement marqué par le sherry avec des arômes de fruits secs, de polish pour meuble, de cacao en poudre, de tabac à rouler et une petite note de cire d’abeille typique de la distillerie.
Bouche : intense et toute en fraîcheur, épaisse, avec des fruits secs, des fruits compotés, de la cannelle, du chocolat, du caramel.  La cire habituelle est discrète, occultée par les notes de de sherry.

Finale : longue, asséchante, épicée et maintenant sur les agrumes.
Un superbe Clynelish, bien équilibré, très sherry et d’une belle complexité.  

Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 17 juin 2019

Review #570 : Balblair 2000 – 2nd Release (2017)


Review #570 : Balblair 2000 – 2nd Release (2017)


Bien qu’une grosse partie de sa production parte dans les blends quasi inconnus de Inver House Distillers (Hankey Bannister, Catto’s et MacArthur), Balblair embouteille régulièrement des millésimes savamment sélectionnés.

En 2010, la distillerie sortait le premier release d’un vintage 2000, juste âgé de 10 ans, en maturation 100% bourbon et réduit à 43% APV.
Pour son 2ème release, Balblair évolue vers un 16 ans, dont 12 en fût de bourbon et 4 en fûts de sherry (1er remplissage), présenté à 46% APV. Il s’agit donc bien d’un produit totalement différent et non du même nectar embouteillé quelques années plus tard.


La dégustation

Robe : cuivre profond
Nez : explosion de fruits, compote de pomme, fruits confits... avec une pointe de vanille et des notes plus « vertes », végétales que je n’arrive pas à identifier clairement.

Bouche : douce, crémeuse, huileuse et aussi fruitée qu’au nez, ananas, fruits du verger, avec des notes de poivre, de « Malteesers », de bois, et de miel. Un peu d’épices sur la fin.  Très complexe.
Finale : mi-longue, sur le chocolat noir amer et le bois.

Un Balblair typique, avec sa profusion de fruits et sa complexité gustative. Bon rapport qualité/prix également.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 14 juin 2019

Review #569 : The Single Malts of Scotland – Imperial – 28 Years Old – 1989-2018 – for The Nectar


Review #569 : The Single Malts of Scotland – Imperial – 28 Years Old – 1989-2018 – for The Nectar

Imperial est désormais une valeur sûre pour les investissements à long terme. 
L’histoire de la distillerie, nichée en plein coeur du Speyside, a été quelque peu tumultueuse, avec une succession de fermetures et de réouvertures, tout au long de son siècle d’existance. La distillerie a fermé définitivement ses portes en 1998, pour être abbatue en 2013.  Une nouvelle distillerie, Dalmurach, a été construite sur ses fondations en 2015.

Jusqu’à il y a peu, on pouvait encore trouver de l’Imperial a un prix « abordable », mais les stocks disponibles diminuent, et, bien entendu, les prix flambent.


Si vous avez de la chance, vous trouverez encore l’un ou l’autre embouteillage indépendant, comme ici, celui de la gamme « The Single Malts of Scotland » de Speciality Drinks Ltd (Elixir Distillers). Il s’agit d’une sélection The Nectar, l’importateur belge.
Il faut actuellement sortir pratiquement 300 euros pour acquérir l’une des 168 bouteilles proposées par cet embouteilleur, pour un nectar distillé le 1er novembre 1989 et embouteillé le 23 août 2018, après un séjour de 28 ans dans un single cask, un bourbon hogshead (n° 443).

L’embouteillage est fait au naturel, comme il se doit...

Lien whiskybase :
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/118999/imperial-1989-eld


La dégustation
Robe : vieil or

Nez : discret et fruité, principalement des pommes cuites.  Un peu de cuir, de vanille et de malt, avec une note florale en arrière-plan.
Bouche : complexe, sur les céréales, les fruits compotés, le miel, le chocolat, la vanille avec une tendance légèrement herbacée (herbe fraîchement coupée), sans oublier les épices douces et une touche de beurre.

Finale : mi-longue, avec toujours des fruits cuits, de la vanille et du chocolat.
Je ne suis pas vraiment familier avec le profil habituel de la distillerie, mais les notes que j’ai lu récemment se rejoignent pour dire que cette version y est conforme.  A découvrir si vous ne connaissez pas.

Pat Whisky Explorer

mercredi 12 juin 2019

Review #568 : North Star Spirits – Cask Series 003 - Glenturret 8 Years Old – 2009-2017


Review #568 : North Star Spirits – Cask Series 003 - Glenturret 8 Years Old – 2009-2017

Je n’ai pas souvent l’occasion de goûter aux produits de l’embouteilleur indépendant North Star Spirits, basé à Glasgow, sans doute parce qu’il n’est pas largement distribué en Belgique.  Je profite donc de chaque occasion d’en acquérir un sample.
Le dernier en date était un Glenturret relativement jeune, 8 ans, issu d’un unique bourbon hogshead.  La distillation date de mars 2009 et l’embouteillage de septembre 2017.  Le nombre de bouteilles est limité à 330.

Glenturret est l’une des plus anciennes distilleries d’Ecosse.  Bien que son histoire débute, selon les archives, en 1775, elle a été construite à l’emplacement d’anciennes distilleries  clandestines, en activité au moins depuis le début du 18ème siècle.  On peut la classer dans les « petites » distilleries, avec à peine plus de 300.000 litres de capacité de production par an. Elle a la réputation de produire des whiskies dans un style traditionnel et le respect du savoir-faire écossais.  C’est également l’une des distilleries les plus visitées en Ecosse.
Je viens juste d’apprendre que la distillerie a cédé 50% de ses parts au propriétaire du Château Lafaurie-Peyraguey, en AOC Sauternes, et du Château Faugères à St-Emilion, via le groupe Lalique dont il fait partie.  Il projette d’augmenter, de façon substentielle, la capacité de production dans les prochaines années.

La dégustation

Robe : maïs
Nez : belle tourbe terreuse, agrémentée d’arômes de miel, de caramel, de fruits du verger bien mûrs et de cuir.

Bouche : notes fumées de barbecue et de viande grillée, mais plutôt en arrière-plan, équlibrées par du malt, de agrumes, de la vanille, du gingembre et une pointe de poivre qui vient donner du peps.
Finale : mi-longue, asséchante, viandeuse. La tourbe s’estompe rapidement.

La jeunesse de ce Glenturret ne se ressent pas spécialement dans le verre. Nous avons ici un produit complet et bien équilibré, avec une tourbe assez discrète. Pour une cinquantaine d’euros, le rapport qualité/prix est très intéressant.


Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 10 juin 2019

Review #567 : Port Charlotte – The Heretic 2001 – Feis Ile 2018


Review #567 : Port Charlotte – The Heretic 2001 – Feis Ile 2018

A chaque festival Feis Ile, « THE place to be » sur Islay à la fin du mois de mai pour les amateurs de musique et de whisky, les distilleries locales sortent des éditions limitées, souvent issues de maturations improbables ou expérimentales.

Chez Bruichladdich, en 2018, le nectar tourbé de sa gamme Port Charlotte présentait un assemblage de single malts de 16 ans d’âge, maturés séparément en fûts de whiskey américain, en fûts de rhum et de vin français.  Ces fûts sont « The Last of the First », les cinq derniers issus de la première distillation tourbée datant de 2001.

Seulement 1300 bouteilles sont sorties, pour la plupart vendues sur place lors du festival. Le susprlus a ensuite été commercialisé, mais reste très difficile à trouver. Comme ce qui est rare est cher, le prix reste prohibitif, même si la qualité est bien là.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/113147/port-charlotte-2001-the-heretic

La dégustation
Robe : vieil or

Nez : la fumée de tourbe terreuse domine au premier nez, ensuite viennent des arômes d’agrumes, de fruits tropicaux, de goudron, de cuir et d’épices douces. L’habituelle brise de mer nous encourage à la dégustation.
Bouche : riche et crémeuse, très proche du nez, avec une tourbe qui devient plus médicinale. Explosion de fruits du soleil, agrumes, équilibrée par des notes chocolatées, un peu boisées, poivrées et de plus en plus minérales, sans oublier la touche maritime, saline et iodée.

Finale : mi-longue, asséchante, sur les fruits, le chocolat et le sel de mer. La fumée reste bien intégrée.
Le type de maturation en fait un Port Charlotte inhabituel, même si on y retouve les fruits et la mer. Le résultat complexe et bien équilibré est plus qu’intéressant. Un bon dram... 

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 7 juin 2019

Review #566 : Bowmore – Springtide (2016)



Review #566 : Bowmore – Springtide (2016)

Après le succès rencontré lors de leur embouteillage 2012, alors réservé au Travel Retail, Bowmore remet le couvert en 2016 avec la deuxième version du Springtide, que nous pourrions traduire par « marée printanière ».
Il s’agit d’un NAS maturé exclusivement en anciens fûts de sherry Oloroso, sélectionnés avec soin, en premier et second remplissage.  Ne nous y trompons pas, même si le sherry donne une couleur foncée au whisky, il est de notoriété publique que Bowmore pratique la coloration au E150.  Par contre, le nectar est, ici, non-filitré à froid et embouteillé en brut de fût.

Chaque cuvée a été limitée à 4000 bouteilles.

Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/86591/bowmore-springtide
La dégustation

Robe : vieux chêne
Nez : complexe, sur la fumée (discrète) de feu de camp, les oranges, le caramel au beurre salé, le malt, le tabac et une légère brise de mer rafraichissante.

Bouche : huileuse, intense, corpulente et complexe, alliant les notes très marquée sur le sherry aux arômes fumés, de caramel, d’agrumes, de chocolat noir et de raisins secs, sans oublier le caractère maritime, salin. l’alcool est super bien intégré.
Finale : longue et chaleureuse, maritime, fruitée et fumée.

Un Bowmore 100% sherry plus que respectable, avec une belle complexité et une puissance idéale.  Pour amateurs de sherry/fumé.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 5 juin 2019

Review #565 : Glenmorangie - Astar


Review #565 : Glenmorangie - Astar

Glenmorangie n’est pas vraiment ma distillerie de prédilection, mais parfois ils sortent un nectar qui sort un peu de l’ordinaire.
Avec « Astar » qui signifie « Voyage », la distillerie a mis son nectar en maturation dans des fûts fabriqués dans les Monts Ozark, dans le Missouri aux USA. Pour la fabrication de ces fûts, la sélection se fait sur les abres qui ont poussé le plus lentement, et qui ont une structure poreuse, facilitant l’interraction du bois avec le whisky.  Les douelles reposent pendant 2 ans pour respirer et s’adoucir, avant d’être assemblées.
Une fois fabriqué, le fût est légèrement carbonisé et sert à la maturation de bourbon, pendant 4 ans, avant de prendre la direction de l’Ecosse.

Une première version était sortie en 2008 et avait rencontré un franc succès, motivant la distillerie à renouveler l’expérience.  C’est chose faite en 2017, avec ce brut de fût titrant 52.5 % APV, embouteillé sans filtration à froid ni coloration artificielle.

Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/99596/glenmorangie-astar

La dégustation
Robe : or jaune

Nez : à la fois pâtissier et floral, frais et gourmand, avec des notes de fraise, de cerise, de massepain, de miel, de caramel, avec un peu de cire d’abeille.
Bouche : douce et crémeuse, aussi pâtissière qu’au nez, fruits du soleil, amandes, citron, coco.  Les notes boisées sont par contre un peu trop marquées, indication d’un manque d’équilibre.  L’amertume qui se développe en fin de bouche me gêne un peu.

Finale : courte, sur le miel et les amandes, assez amère.
Je suis assez sensible à l’amertume qui me dérange assez rapidement.  Elle est sans doute liée au type de bois utilisé pour la maturation.  Dommage que nous n’ayons pas d’information sur la distillerie américaine qui s’est servi des fûts pour leur bourbon.  Il aurait été intéressant de voir si ce « défaut » se retrouve aussi dans le bourbon.  Je salue quand même l’originalité.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 3 juin 2019

Review #564: Liquid Library – Glen Garioch 21 Years Old – 1992-2014


Review #564 : Liquid Library – Glen Garioch 21 Years Old – 1992-2014

Pour l’une de nos récentes séances au Whisky Club 46 de Mons, nous avons pû mettre la main sur une bouteille de Glen Garioch, proposée dans la gamme « Liquid Library » de l’embouteilleur allemand « The Whisky Agency ».
Pour ma part, c’est le premier Glen Garioch en embouteillage indépendant.

Nous avons ici un single cask, un refill bourbon hogshead, qui a donné 227 bouteilles.  La distillation date de 1992 et l’embouteillage de 2014. Le nectar est proposé en brut de fût titrant 51.6% APV et, bien entendu, au naturel.

Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/55343/glen-garioch-1992-twa
La dégustation

Robe : or clair
Nez : frais et minéral, pas très engageant au premier nez.  Arômes de pommes vertes et d’encaustique, bizarrement avec un profil très « sherry.  Tendance légèrement herbacée.

Bouche : nécessite un temps de repos avant la dégustation, mais, au final, l’alcool est bien intégré. La texture est grasse/huileuse, tout en douceur et les notes dominantes sont les agrumes, le chêne, le tabac, la réglisse, le sucre brun et un peu de café sur la fin.
Finale : mi-longue, douce et chaleureuse, avec le retour des notes herbacées, perçues au nez, mais pas flagrantes en bouche.

Une version atypique de Glen Garioch, plus sherry que bourbon, dont on ne perçoit pas les marqueurs habituels.  Globalement, le nectar a été apprécié par l’assemblée.  On aurait toutefois apprécié un peu plus de complexité aromatique. On est quand même sur du 21 ans...
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici