To show the blog in your own language, please select it in the translation box on the right.


vendredi 11 septembre 2020

Review #764 : Maker’s Mark – Straight Bourbon Whisky


Review #764 : Maker’s Mark – Straight Bourbon Whisky

Reconnaissable parmis les dizaines d’autres bourbons grâce à son goulot ciré,  Maker’s Mark sort un peu des standards.

La plus grande différence réside dans le fait que, contrairement aux autres bourbons, celui-ci utilise du blé et non du seigle pour compléter le maïs (min 51 %).  Le seigle donnant un caractère plutôt piquant au whisky, son remplacement par le blé offre un résultat beaucoup plus doux et facile à boire.
Notons également l’absence de “e” dans le mot whisky, une appellation plutôt écossaise.

Bien que la cire utilisée soit le plus souvent rouge, il existe quelques autres couleurs ou associations de couleurs.  J’ai par exemple trouvé du bleu, du rouge et jaune, du brun, du bleu et jaune, du rouge et blanc, du vert et du rouge, noir et jaune et un de couleur dorée. Il y en a certainement d’autres.

Vous trouverez très facilement ce bourbon dans la grande distribution.  Une version “46” existe aussi en brut de fût, et j’ai eu la chance de mettre la main sur une autre version “Cask Strength” moins courante. Je vous en parlerai plus tard.

Pour cette version, nous avons un bourbon âgé de 6 ans en moyenne.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/15797/makers-mark-red-wax

La dégustation
Robe : ambre

Nez : à la fois fruité et vanillé, avec des arômes de bois brulé, de caramel et de sucre brun.
Bouche : douce, sèche, assez marquée par de la réglisse et du bois carbonisé.  Notes d’amandes grillées, de raisins secs, de cannelle et une pointe épicée toute relative.

Finale : mi-longue, asséchante, sur la réglisse et le bois.
Un bourbon élégant et plus doux que ce qu’on a l’habitude de rencontrer. Très accessible au niveau de la dégustation et du prix.

Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 9 septembre 2020

Review #763 : Ian McLeod - Chieftain’s – Glen Grant 20 Years Old – 1997-2018


Review #762 : Ian McLeod - Chieftain’s – Glen Grant 20 Years Old – 1997-2018

J’ai récemment eu accès à l’une des dernières bouteilles d’un superbe Glen Grant embouteillé par Ian Mcleod dans sa gamme Chieftain’s.
Pour ce single cask (#93321), l’embouteilleur a choisi de mettre un nectar distillé en mai 1997 et maturé en fût de bourbon, en finition en fût de rhum durant quelques mois.  C’est, après quelques recherches, certainement le seul Glen Grant en finition rhum (mais je n’ai pas eu le temps de tous les vérifier).

Glen Grant est une distillerie plutôt discrète.  Depuis 2016, il y a quelques embouteillages officiels, 12, 15 et 18 ans, un Major’s Reserve et un 12 ans travel retail (réputé un-chill filtered, ce qui sous-entend que les autres le sont…).  De mon côté, je n’en voit pas souvent passer.  Il n’est peut-être simplement pas importé en Belgique.
L’embouteillage date du mois d’avril 2018 et le fût a donné 262 bouteilles, sans filtration à froid ni coloration.

La dégustation

Robe : vieil or  
Nez : doux, un peu végétal, assez complexe avec des arômes d’agrumes, de fruits du verger, de vanille, de miel et un soupçon de malt.

Bouche : crémeuse, corpulente, assez bien marquée par le rhum avec des fruits topicaux, ananas, et des épices comme la cannelle.  Notes de vanille et de bois.  La tendance végétale perçue au nez n’est pas confirmée en bouche.
Finale : longue, avec persistance des fruits tropicaux et des épices.

Cette version de Glen Grant confirme mon intérêt pour les finitions rhum. Bien que les marqueurs soient bien présents, ils ne dominent pas la dégustation et laissent de la place aux autres qualités gustatives liées au profil de la distillerie.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 7 septembre 2020

Review #762 : The Whisky Trail – An Orkney Distillery – 18 Years Old


Review #762 : The Whisky Trail – An Orkney Distillery – 18 Years Old

En 2019, Elixir Distillers (Elements of Islay, The Single Malts of Scotland, etc…) a sorti une gamme dérivée de celle qu’elle avait créé en 2017 “The Whisky Trail”.  Cette “sous-gamme” s’appelle “Retro Bird Series”, en référence à l’étiquette de type rétro qui montre des oiseaux.
La gamme est relativement limitée vu qu’elle ne comporte que 4 whiskies, dont un Glenlossie 10 ans, un Ben Nevis 23 ans, un Strathclyde 31 ans et, celui qui nous intéresse ici, un “Orkney” de 18 ans.
Bon, effectivement, le nom de la distillerie n’est pas communiqué, mais une fois de plus on n’a que 2 distilleries dans les Orcades, dont Scapa qui ne produisait pas de whisky entre 1994 et 2005.
Ici nous sommes sur une distillation de 2000, un single cask (le n°44), un bourbon hgshead, embouteillé sans filtration à froid ni coloration artificielle. Le fût a donné un total de 317 bouteilles.


La dégustation

Robe : vieil or
Nez : superbe, à la fois pâtissier et herbacé, avec des arômes de vanille, de citron, de miel et une jolie brise de mer.

Bouche : douce et très fidèle au nez, pâtisserie, vanille, citron confit, légère saumure et une fumée très discrète.  On a aussi un peu d’acidité et de menthol.
Finale : mi-longue, sur des notes de beurre et d’épices douces. 

Un excellent orcadien, une distillerie dont vous savez que je préfère les embouteillages indépendants. Une fois de plus, cela se confirme.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 4 septembre 2020

Review #761 : The Nectar & The Whisky Agency – Secret Speyside – 25 Years Old


Review #: The Nectar & The Whisky Agency – Secret Speyside – 25 Years Old

Il y a peu, je vous parlais d’un embouteillage conjoint entre l’embouteilleur belge The Nectar et l’allemand The Whisky Agency, de single casks en provenance des différentes régions d’Ecosse.
J’avais commencé par le “Single Lowland Grain”.  Aujourd’hui, je vous parle d’une distillerie du Speyside dont le nom reste secret.
Tout ce que nous savons, c’est que le single malt a été distillé en 1993, a maturé dans un sherry hogshead pendant 25 ans pour être embouteillé en brut de fût, sans coloration, ni filtration à froid, en 2019. Le nombre de bouteilles sorties du fût n’est pas communiqué.


La dégustation

Robe : vieil or
Nez : belle association de fruits du verger, d’agrumes, de fruits secs, avec une touche d’expresso et de cannelle.

Bouche : douce, sèche, à la fois boisée et fruitée, plutôt sur des agrumes, avec des notes de tabac et de chocolat noir.  On retrouve aussi la cannelle et le café perçus au nez.
Finale : mi-longue, sur du bois et des orangettes. Légère amertume.

Une belle sélection de fût effectuée par les deux embouteilleurs indépendants.  Difficile de repérer l’origine du single malt car il n’y a pas de marqueur particulier qui permettrait de nous mettre sur la piste.  Mais ça fait partie du jeu et je valide.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 2 septembre 2020

Review #760 : Benromach – Peat Smoke 2008-2017


Review #760 : benromach – Peat Smoke 2008-2017

Depuis 2007, Benromach sort chaque année (sauf en 2009), une version “Peat Smoke” de son nectar.
Du haut de ses 47 PPM de phénols annoncés, le single malt est normalement très tourbé. Je dirais que oui, de la tourbe, on en a, mais pas aussi présente qu’on pourait s’attendre.
Distillée en 2008 et embouteillée en 2017, cette version a maturé dans des fûts de bourbon en premier remplissage et a été embouteillée sans filtration à froid.
Une autre version distillée en 2008 a également été embouteillée en 2018.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/97832/benromach-2008

La dégustation
Robe : or clair

Nez : puissant, on est surtout sur des braises de charbon de bois, de la vanille, du miel, des agrumes , du cuir et du céleri.
Bouche : huileuse, douce, avec une tourbe finalement assez discrète, pas envahissante du tout.  Notes d’agrumes, de chocolat, de vanille, de réglisse et de poivre.

Finale : mi-longue, plus minérale, de la cendre froide, et développement des notes épicées. 
Un bon compromis pour faire découvrir la tourbe sans être submergé par des notes terreuses ou médicinales. On rivalise sans problème avec les bonnes tourbes d’Islay, avec un rapport qualité/prix excellent.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 31 août 2020

Review #759 : Malts Of Scotland – Croftengea – 2006-2020


Review #759 : Malts Of Scotland – Croftengea – 2006-2020

Loch Lomond est la distillerie la plus versatile d’Ecosse avec 11 distillats différents.  Elle a tendance à trop se dissiper.
Un des distillats s’appelle Croftengea et constitue la composante tourbée de Chivas Regal.  Avec l’Inchlad, c’est le plus tourbé des single malts produits par la distillerie.
Début 2020, l’embouteilleur allemand a pu mettre la main sur un fût, le MOS20003, dont le nectar a été distillé en 2006 et a subi une maturation dans un bourbon hogshead pendant 13 ans.
Le fût a donné 268 bouteilles, en brut de fût, sans coloration, ni filtration à froid.


La dégustation

Robe : or jaune
Nez : frais, avec pas mal de fumée et une tendance herbacée.  Arômes de fruits rouges, de vanille, de fruits secs et de citron.

Bouche : crémeuse, sur du bois brûlé, des fruits du verger, du miel, de la réglisse et une pointe de poivre.
Finale : mi-longue, avec des notes cendrées et un peu plus de poivre.

Mille sabords !!! Je dois avoir un problème avec les distillats de chez Loch Lomond…  Celui-ci manque cruellement de complexité et de corpulence.  C’est juste une bonne occasion de découvrir un single malt peu courant et difficile à trouver en embouteillage officiel.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 28 août 2020

Review #758 : Jameson – Caskmates – Stout Edition


Review #758 : Jameson – Caskmates – Stout Edition


Depuis 2013, à raison d’un batch par an, Jameson, sans doute la plus connue des whiskies irlandais, sort un blend avec une finition Stout.

Il s’agit d’un assemblage de single malts et de single grains, triplement distillés à Midelton, la plus grande et la plus moderne des distilleries d’Irlande, avec, quand même, une capacité de production atteignant les 19 millions de litres par an.
Outre le Jameson, la distillerie produit d’autres whiskies comme Yellow Spot, Redbreast et Tullamore Dew.
Pour cette version particulière, Jameson envoie des barriques ayant servi à la maturation du whisky à la brasserie Franciscan Well. La brasserie met son stout en maturation dans ces fûts, puis les renvoie à Jameson, qui y met alors son whisky en finition pendant 6 mois.

J’ignore quelle version j’ai dégusté, mais elle date d’avant 2017, année qui a vu un changement au niveau de l’étiquette.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/100206/jameson-caskmates

La dégustation
Robe : or jaune

Nez : assez discret, alliant des arômes de cacao, de fruits du verger, d’herbe fraîchement coupée et de céréales.
Bouche : douce et légère, soyeuse, avec une certaine complexité.  Notes de bois brûlé, de chocolat, de fruits du verger, de caramel, de café de cacao et de massepain. Légère sucrosité compensée par une légère amertume.

Finale : courte, sur le chocolat et quelques notes épicées.
Pour une bonne vingtaine d’euros, on a un excellent rapport qualité/prix avec ce produit qui sort un peu des blends de base.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 26 août 2020

Review #757 : Gordon & McPhail – Connoisseur’s Choice – Dailuaine 19 Years Old – 1998-2018


Review #757 : Gordon & McPhail – Connoisseur’s Choice – Dailuaine 19 Years Old – 1998-2018

Dailuaine est une distillerie assez discrète du fait que la majeure partie de sa production est destinée aux blends de Diageo. Le seul embouteillage officiel connu date de quelques années, dans la gamme “Flora & Fauna”.
Le nom de la distillerie vient du gaélique “An dail uaine” qui signfie “vallée verte”, sans doute en relation avec sa situation géographique.  C’est l’une des plus grandes distilleries écossaises à la fin du 19ème siècle et la toute première à arborer le fameux toit en pagode, de nos jours devenu le symbole des distilleries de whisky.

Dailuaine est une des distilleries de prédilection chez Gordon & McPhail, avec pas mal de références depuis quelques années.
Pour cette version, l’embouteilleur indépendant a sélectionné 2 fûts, des refill bourbon hogheads, dont le nectar a été distillé en 1998, pour être embouteillé 19 ans plus tard, le 14 mars 2018, sans filtration à froid ni coloration artificielle.  Le produit a été réduit à 46% APV, ce quia permis de sortir un total de 670 bouteilles.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/111005/dailuaine-1998-gm

La dégustation
Robe : maïs

Nez : très fruité, agrumes, fruits du verger, ainsi que des céréales, du miel, de la vanille et une pointe mentholée.
Bouche : corpulente, crémeuse et fidèle au nez, avec une explosion de fruits tropicaux et de vanille. Notes complémentaires de chocolat, de malt, de massepain, d’anis et de carton.  Pas mal de poivre également.

Finale : longue, asséchante, à la fois boisée et herbacée, avec cette présence poivrée jusqu’à la fin.
Un bon compromis pour découvrir Dailuaine au travers d’un choix bien précis des fûts. Validé !

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 24 août 2020

Review #756 : Highland Park – 16 Years Old – Twisted Tattoo

Review #756 : Highland Park – 16 Years Old – Twisted Tattoo

Sorti en 2019, le Twisted Tatto est le résultat d’un assemblage de single malts maturés d’une part en fûts de bourbon en premier remplissage, et, d’autre part, en fûts de Rioja, sans doute le réel intérêt de ce nectar. 
Il faut dire que le Rioja est relativement peu utilisé pour la maturation du whisky.  Maintenant, l’impact du vin rouge va dépendre de la catégorie de Rioja, car la maturation en fût de chêne peut varier de quelques mois pour le Rioja “ordinaire” à 2 ans pour le Gran Reserva.


Le produit fait référence à une légende viking et au serpent Midgard, tellement long qu’il fait le tour de la terre pour se mordre la queue.  Le design de la bouteille est l’oeuvre du tatoueur danois Colin Dale.

Le single malt est embouteillé sans coloration ni filtration à froid.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/128292/highland-park-16-year-old-twisted-tattoo

La dégustation
Robe : or clair

Nez : discret, boisé, avec une légère fumée de tourbe et une jolie brise de mer. La tendance est assez végétale.
Bouche : crémeuse, herbacée, très légèrement fumée, notes de malt, de vanille, d’orange, de fruits rouges, équilibre entre sucrosité et amertume, sans oublier la pointe de cannelle.  Le côté maritime est beaucoup moins évident en bouche.

Finale : mi-longue, sèche, sur de la vanille et des épices.
Bizarrement, je n’ai pas perçu l’influence du Rioja à la dégustation.  On a toutefois un bon équilibre et une certaine complexité.  Ce nectar reste dans le niveau de qualité des autres HP en embouteillages officiels.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici


vendredi 21 août 2020

Review #755: Bladnoch – 17 Years Old – Celebrating 200 Years

Review #755 : Bladnoch – 17 Years Old – Celebrating 200 Years


Bladnoch est l’une des dernières distilleries de single malt des Lowlands.  Il n’en reste plus que trois en activité. C’est aussi la distillerie de whisky la plus au sud de l’Ecosse.  Sa capacité de production est assez limitée, 250.000 litre par an.  Ca n’empèche pas la distillerie de sortir pas mal de produits très variés.  Notons, dans ceux que j’ai déjà publié, le Samsara, le Adela et le Pure Scot, mais aussi un nombre impressionant de single casks.
La distillerie a été fermée entre 1993 et 2000 et a recommencé à commercialiser des whiskies à partir de 2008.

Cette version âgée de 17 ans est sortie en février 2019 dans la cadre de la commémoration du bicentenaire de la distillerie.  La maturation principale a été assurée par des traditionnels fûts de bourbon. Ensuite, le single malt a été divisé en 2 parties pour être mise en finition dans des fûts ayant contenu du vin rouge californien, l’une en mars 2016 et l’autre en janvier 2017.  L’embouteillage s’est fait, sans filtration à froid, après le remariage des deux finitions.  Le batch est “limité” à 6000 bouteilles.

Lien whiskybase :
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/123009/bladnoch-17-year-old

La dégustation
Robe : ambre

Nez : discret, avec des arômes de bois, de vanille, de fruits secs, de caramel, de cannelle et une pointe de café.
Bouche : plutôt acide, aliant des notes céréalières, des fruits secs, des agrumes,  du bois, de la cannelle et une touche de gingembre.

Finale : mi-longue, sèche, poivrée et toujours sur les fruits secs.
J’ai moyennement apprécié cette version de Bladnoch 17, un peu trop acide pour moi et qui manque de complexité aromatique.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici