To show the blog in your own language, please select it in the translation box on the right.


vendredi 18 octobre 2019

Review #623 : Signatory Vintage – Mortlach – 14 Years Old – 2000-2015


Review #623 : Signatory Vintage – Mortlach – 14 Years Old – 2000-2015

Avec peu d’embouteillages officiels, Mortlach est surtout connu à travers les embouteillages indépendants.  Si vous consultez ma liste des whiskies testés ici, vous en trouverez de chez Brachaddair, Gordon & McPhail, Cadenhead, et, comme celui-ci, de chez Signatory Vintage.
On sort ici de la gamme habituelle de la « Un-chillfiltered Collection», avec une réduction à 43% APV qui nécessite impérativement la filtration à froid.

Il s’agit d’un assemblage de 2 fûts, des bourbon hogsheads, n° 6819 et 6820, dont le nectar a été distillé le 15 mai 2000.  L’embouteillage date du 30 janvier 2015 et est limité à 677 bouteilles.

80% du single malt de chez Mortlach est le résultat d’un triple distillation.  Ce n’est pas noté sur la bouteille, donc j’en déduis que ce produit ne l’est pas. Par contre, nous savons qu’il n’y a pas eu d’adjonction de colorant.


La dégustation

Robe : paille claire
Nez : gourmand et engageant, pâtissier, avec des arômes de vanille, de miel, de citron, de bois sec et des notes végétales de foin.  Un peu de pomme, d’agrumes et d’amandes grillées pour le côté fruité.

Bouche : douce, ronde et crémeuse, aussi gourmande qu’au nez, avec de la crème vanille, du miel, du caramel, du malt et un peu de cire d’abeille.  Les fruits perçus au nez ne ressortent pas en bouche.  Une pointe de cannelle vient reforcer le caractère pâtissier.
Finale : mi-longue, chaleureuse, sur le miel et une pointe d’amertume.

Un régal de gourmandise, qui semble être la signature de la distillerie. Dommage de gâcher ça dans du Johnnie Walker...
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 16 octobre 2019

Review #622 : Penderyn – Madeira Finish


Review #622  : Penderyn – Madeira Finish
 
Dans sa gamme « Welsh Gold », la distillerie galloise a sorti une version de son single malt avec une finition madère.
Je reconnais que j’apprécie de plus en plus l’influence du madère sur le whisky.

La distillerie Penderyn utilise des alambics Faraday en cuivre, à colonne, à repasse, et qui sont, en fait, une adaptation des alambics utilisés dans la pétrochimie.  Ce système permet de sortir des new makes à 92° APV...


Pour cette version madère, nous savons qu’il n’y a pas eu de filtration à froid.  Pour la coloration, pas de précision...

Notons quand même l'effort fait au niveau de la bouteille, même si c'est le contenu qui est important...

Lien whiskybase :
 https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/107842/penderyn-aur-cymru

La dégustation

Robe : or jaune
Nez : frais et doux, sur les fruits tropicaux les fruits du verger, avec des arômes de vanille, de cannelle, de bois et un peu d’encaustique.

Bouche : légère et douce, crémeuse, avec des notes de fruits exotiques, de vanille, de cannelle, de caramel et de biscuit.
Finale : mi-longue, fraîche, avec une légère sucrosité.

Mon avis est un peu mitigé sur cette bouteille. Je le trouve assez léger, mais agréable à boire.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 14 octobre 2019

Review #621 : Ian McLeod – Dun Bheagan – Glenburgie 19 Years Old – 1998-2018


Review #621  : Ian McLeod – Dun Bheagan – Glenburgie 19 Years Old – 1998-2018


Grâce à quelques embouteilleurs indépendants comme Ian McLeod, nous pouvons découvrir des single malts provenant de Glenburgie.  La distillerie produit essentiellement pour des blends et n’a pas d’embouteillage officiel.

J’ai déjà publié des notes de dégustation de nectars venant de cette distillerie, récemment deux versions différentes de chez Asta Morris, 10 ans d’âge avec 2 types de maturation en fûts de rhum.


Ici on attaque un whisky plus âgé, un 19 ans, issu de 2 bourbon hogsheads (#5007 et 5008). La cuvée a donné 371 bouteilles, présentées sans coloration ni filtration à froid.  Le nectar a toutefois été réduit à 46 % APV.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/115894/glenburgie-1998-im

La dégustation
Robe : or profond

Nez : engageant et gourmand, sur de la poire et de la pomme cuite, de la vanille, du miel, des amandes et une touche florale improbable.
Bouche : riche et aussi gourmande qu’au nez, crémeuse.  Les fruit ressortent très fort et s’équilibrent avec des notes de caramel, de réglisse, de vanille, de chocolat et une pointe épicée, cannelle et gingembre.

Finale : mi-longue, avec des résidus de fruits secs et de vanille.
Une excellente sélection de fûts par Ian McLeod, qui nous permet ainsi de découvrir le vrai profil de Glenburgie sans les maturations ou finitions spéciales de certains autres embouteilleurs (c’est loin d’être une critique, hein...).
Bref, que du bonheur...


Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 11 octobre 2019

Review #620 : Amrut – Single Cask – 4 years Old – Bourbon cask #3445


Review #620  : Amrut – Single Cask – 4 years Old – Bourbon cask #3445


Il n’est plus nécessaire, je crois, de présenter Amrut, la plus productive des distilleries de whisky en Inde. Alors, on aime, ou on aime pas, il y a peu de demi-mesures.  J’ai été confronté à des whiskies tellement puisssants qu’ils étaient à la limite de la buvabilité. En effet, en 3 ou 4 ans, l’équilibre a du mal à se faire et on est souvent submergés par l’alcool.

Mais heureusement il y a des exceptions...

J’ai eu l’occasion de me procurer les 3 versions (des samples) de Single Cask 4 ans, sorties en 2013, le portpipe (voir ici), le bourbon cask dont je vais parler ici et le PX cask dont je publierai bientôt mes notes.


Pour cette version maturée dans un unique fût de bourbon, Amrut affiche une perte (part des anges) de 42%, à cause du climat local.
Le whisky a été distillé en juin 2009 et a été embouteillé en septembre 2013, au naturel.  Seulement 172 bouteilles ont pû être extraites du fût.

La dégustation

Robe : vieil or
Nez : bien que très aromatique, le nez annonce une certaine légèreté et est bien marqué par la finition sherry.  On a ainsi des arômes de fruits secs, des noisettes principalement, de malt, de miel, d’agrumes et de vanille.

Bouche : douce et légère, la bouche confirme la tendance sherry avec des notes de fruits secs, raisins, noisettes... associées à de la vanille, du chocolat, beaucoup de fruits confits, du miel et une touche boisée.  Des épices se développent également, du poivre, de la muscade et de la cannelle.
Finale : courte à mi-longue, douce et asséchante avec une pointe épicée.

Tout est dit, un whisky très accessible, qui est suffisamment complet pour sa gamme de prix.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 9 octobre 2019

Review #619 : Port Charlotte – MRC: 01


Review #619  : Port Charlotte – MRC: 01


Dans sa série « Cask Exploration », Bruichladdich expérimente des maturations/finitions qui sortent de l’ordinaire, ou plutôt de « l’habituel ».

Pour cete version de Port Charlotte, la distillerie à associé du single malt mûri pendant 6 ans en fût de vin rouge et en fûts de bourbon (1er remplissage), en proportion égales, pour ensuite imposer au mélange une année supplémentaire de finition, dans des fûts de Bordeaux de grande renommée, que malheureusement je ne peux pas dévoiler ici (un indice, sur Whisky Base ils n’ont pas hésité à l’indiquer...).

Le nectar a été distillé en 2010 et l’ebouteillage date de 2018.  Huit mille bouteilles ont ainsi été prévues, en brut de fût, sans coloration ni filtration à froid.



La dégustation
Robe : vieil or

Nez : complexe et engageant, aux arômes de bacon fumé, de fruits du verger compotés, de chocolat, de caramel, d’agrumes, un peu de caoutchouc et une pointe maritime.
Bouche : vive, sèche, corpulente, plus fumée qu’au nez, mais la tourbe s’équilibre bien avec des notes de fruits, de tabac, de bois brûlé, de caramel, de cannelle, avec une touche de poivre et d’amertume. Un peu moins maritime que ce qu’on aurait pû espérer.

Finale : longue, crémeuse, fumée, sur de la noisette et un peu de menthol.
Un Port Charlotte très intéressant, où les 40 PPM de phénols sont bien compensés par l’influence du vin rouge, même si l’amertume des tanins risque de perturber les habitués de la gamme.  Mais bon, je suis moi-même très sensible à l’amertume et ici elle ne m’a vraiment pas dérangé.
Le prix reste quand même assez élevé pour un nectar de 7 ans...


Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 7 octobre 2019

Review #618 : House of Mc Callum – Le Frog 2011


Review #618  : House of Mc Callum – Le Frog 2011


L’embouteilleur indépendant écossais « House of Mc Callum » commence à se faire connaître à travers l’Europe. Mc Callum est l’un des plus vieux clans d’Ecosse, descendant directement des premiers rois d’Ecosse.
Fort de ses 25 ans d’expérience dans diverses distilleries du pays, Anthony McCallum décide de se lancer, en 2018, dans les embouteillages indépendants.

Deux gammes cohabitent actuellement sous ce nom, « Art of Whisky Collection » et, celle qui nous intéresse ici « Auld Alliance Vintage Collection » dont fait partie ce Le Frog 2011.


Le nom Le Frog permet immédiatement d’identifier la distillerie d’origine, même si on ne peut pas la nommer.  Il s’agit en fait d’un teaspooning avec un single malt en provenance d’une autre distillerie d’Islay.

Distillé le 14 février 2011, le whisky a maturé durant 7 ans (quasiment 8) dans des bourbon hogsheads (#0133-36), pour être embouteillé en janvier 2019, sans coloration ni filtration à froid. La cuvée a donné 1458 bouteilles.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/126874/le-frog-2011-homc

La dégustation
Robe : or clair

Nez : vif, assez expressif, fumée de charbon de bois, goudron, agrumes, fruits du verger, beurre, vanille, avec une tendance minérale et maritime
Bouche : fidèle au nez, complexe, intense, fumée de tourbe, saline, noisettes grillées, céréales, miel, agrumes, et une pointe de poivre pour le peps.

Finale : mi-longue, nette et fumée, sur des notes d’eucalyptus et de résine de pin.
Un Laphro un peu atypique, mais superbe, qui engage vraiment à découvrir les autres embouteillages de Mc Callum.  Bon rapport qualité/prix.
A suivre, bientôt sur votre blog, le Mc Peat 1ère édition...


Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 4 octobre 2019

Review #617 : Old Pulteney – 14 Years Old – 2002-2016 – Cinderella Whisky Fair 2017


Review #617 : Old Pulteney – 14 Years Old – 2002-2016 – Cinderella Whisky Fair 2017

Chaque année a lieu, en Suède, le Cinderella Whisky Fair, le plus grand festival de whisky flottant au monde.  Elle est organisée par la compagnie maritime finlandaise Viking Line, durant 3 jours.  Le navire relie Stockholm à Mariehamn à raison d’un aller-retour par jour.
Le whisky dont je vais parler ici n’est disponible que durant ces trois jours (ici du 16 au 19/02/2017), sur le bateau, où se tient traditionnellement une masterclass présentée par le distillery manager Malcolm Waring.

Il s’agit d’un single cask (n°705) de bourbon dont la limite de disponibilité est de 258 bouteilles. Le produit est présenté en brut de fût et au naturel.
Pour ceux que ça intéresse, la prochaine édition du festival est prévue du 13 au 15 février 2020.

La dégustation

Robe : or clair
Nez : très ouvert, un peu terreux, voire minéral, avec des arômes de vanille, de miel, de malt, un touche d’agumes et une tendance maritime.

Bouche : puissante, explosion d’épices, du gingembre, du poivre, suivie par des notes de fruits du verger, de vanille, de miel, de bois de chêne, de sel marin et une touche végétale, plutôt du genre sous-bois, mousse.
Finale : mi-longue, maritime et sur des agrumes.

Une maritimité incontestable tout le long de la dégustation, la marque de fabrique de la distillerie. Les amateurs avertis ne peuvent pas s’y tromper.  Juste ce qu’il faut d’équilibre et de complexité pour fournir le plaisir nécessaire à sa dégustation...
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 2 octobre 2019

Review #616 : Asta Morris – Caol Ila 7 Years Old – 2011-2019


Review #616  : Asta Morris – Caol Ila 7 Years Old – 2011-2019


Dans les sorties de cette année 2019 chez Asta Morris, nous avons un jeune Caol Ila, ditillée en avril 2011 et embouteillé en janvier 2019 après 7 années passées dans un single cask de sherry.
Du fût n° AM057, seulement 185 bouteilles ont été extraites.  Le retse  du fût a sans doute fait l’objet d’une autre cuvée ou bien l’embouteilleur a souhaité poursuivre la maturation en vue d’une cuvée ultérieure.


Comme souvent chez Asta Morris, le nectar est légèrement réduit.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/126412/caol-ila-2011-am

La dégustation
Robe : sherry amontillado

Nez : le nez est assez discret pour un Caol Ila, malgré les notes fumées, de bois brûlé. Après quelques minutes, le nectar développe des arômes fruités, des agrumes et des fruits secs, du cuir et une touche herbacée, du foin et de l’herbe séchée.
Bouche : intense et riche, la tourbe est délicate mais bien présente, assez portée par l’alcool.  Notes complexes de malt, de bois de chêne, de fruits secs, de chocolat, d’agrumes et une pointe de poivre très agréable.

Finale : longue, fumée, avec de la cendre froide et des épices.
La jeunesse de ce Caol Ila ne se ressent pas du tout dans cette version.  Le nectar est déjà bien abouti et affiche un superbe équilibre tourbe/sherry que j’apprécie de plus en plus.  Du pur bonheur.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 30 septembre 2019

Review #615 : Port Askaig – 28 Years Old

Review #615 : Port Askaig – 28 Years Old

Pour terminer en beauté avec la série Port Askaig dont j’ai reçu récemment les samples, voici la toute nouvelle version âgée de 28 ans.
Nous sommes ici dans du haut de gamme, tant au niveau qualitatif qu’au niveau du prix.
Le nectar est réservé aux marchés européen et asiatique.  Exclusivement pour les USA, une version 25 ans devrait sortir d’ici-peu.

Embouteillé en 2019, cette édition est limitée à 3000 exemplaires, issues de bourbon hogsheads en second remplissage.

J’ai bien essayé de deviner la distillerie d’origine du nectar, comme à chaque version de Port Askaig...  J’opterais pour un Caol Ila, compte tenu de son équilibre viande fumée/sel marin, bien que la tourbe soit devenue moins puissante après 28 ans.  Je manque un peu de repères pour un Caol Ila de cette tranche d’âge. Mon dernier était un 30 ans en officiel, mais dégusté en 2015...
Bref, n’hésitez pas à argumenter si vous trouvez d’autres marqueurs qui confirmeraient ou infirmeraient mon intuition.

Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/128542/port-askaig-28-year-old
La dégustation
Robe : vieil or
Nez : superbe... la tourbe est là, mais discrète et plutôt médicinale, on est plus sur du charbon de bois et du bacon, associés à des agrumes confites (orangettes), du miel, de la vanille et une belle touche maritime et mentholée.
Bouche : riche et sèche, complexe et très orientée vers la mer, iode, sel... La tourbe reste en retrait, laissant la place à des notes viandeuses, des fruits juteux (oranges), des amandes, du bois brûlé, et cette touche mentholée perçue au nez, ou plutôt des aiguilles de pin...  superbe équilibre gustatif.
Finale : longue, sur de la cendre refroidie, et une association poivre et sel.
Elixir Distillers au sommet de son art, toujours à la recherche des meilleurs fûts pour nous offrir des single malts exceptionnels comme ce superbe Port Askaig 28 ans...
Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 27 septembre 2019

Review #614 : Ardbeg - Kelpie

Review #614 : Ardbeg - Kelpie

Les habitués savent qu’Ardbeg sort chaque année une édition spéciale pour le festival Feis Ile, en deux versions, l’une en 46% APV et l’autre en brut de fût, le fameux « Committee Release ».

Le Kelpie est l’édition de 2017.

Son nom vient d’une créature maritime qui revêt des formes différentes selon les circonstances et l’endroit où elle est décrite, parfois en forme de taureau ou de cheval, dont les « cheveux » sont constitués d’algues, parfois sous forme humaine...

Pour cette édition spéciale, Ardbeg a utilisé des fûts de la Mer Noire fabriqués avec du bois de chêne prélevé dans la forêt pontique qui entourre cette région.
Le nombre de bouteilles disponibles a été fixé à 60.000.  L’embouteillage est fait sans filtration à froid ni coloration artificielle.
Lien whiskybase : https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/93919/ardbeg-kelpie

La dégustation
Robe : or jaune

Nez : puissant et complexe, avec des notes fumées, plutôt minérales comme de la cendre ou de la poussière de charbon. La tourbe est présente, un peu terreuse, et se marie très bien aux arômes de chocolat, de vanille, de caoutchouc et à la tendance légèrement martitime du nectar.
Bouche : grasse et corpulente, riche et complexe, viandeuse, associant le bacon fumé, le caramel, les épices comme les clous de girofle et le poivre, le chocolat et le goudron. Le tout est équilibré par des notes boisées et une certaine salinité.

Finale : mi-longue, asséchante, épicée et cendrée, avec une pointe d’amertume.

En abordant le Kelpie, je craignais l’excès de tannins transmis par le bois neuf, mais, finalement, à part la touche d’amertume en fin de bouche, rien de transparait vraiment. Le nectar est très bien fait, bien équilibré, juste comme il se doit. Validé...


Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici