To show the blog in your own language, please select it in the translation box on the right.


lundi 24 février 2020

Review #678 : Duncan Taylor – Octave – Highland Park 10 Years Old – 2008-2018 for Premium Spirits Belgium

Review #678  : Duncan Taylor – Octave – Highland Park 10 Years Old – 2008-2018 for Premium Spirits Belgium

Highland Park fait partie des distilleries qui ne me plaisent vraiment qu’au travers d’embouteillages indépendants.
Dans sa gamme “Octave”, Duncan Taylor a embouteillé, pour le compte de Premium Spirits Belgium, un single cask maturé dans un premier temps en fût de bourbon, puis mis en affinage dans un octave de sherry durant une période de 9 mois.
Le nectar a été distillé en 2008 et embouteillé en 2018, en brut de fût, sans filtration à froid ni coloration.  Seulement 103 bouteilles sont sorties du fût n° 5019999.

Highland Park a intégré cette gamme spéciale en 2017 et il y a déjà une bonne trentaine de single casks référencés sur Whiskybase.
Lien whiskybase: https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/133885/highland-park-2008-dt

La dégustation
Robe : maïs

Nez : frais et discret, un peu végétal et légèrement fumé. Arômes de vanille, de malt et de fruits du verger compotés.
Bouche : complexe et bien équilibrée entre la vanille, le caramel, le miel, le chocolat, les fruits cuits, un peu de beurre et une légère fumée.  Touche épicée également, cannelle et noix de muscade.

Finale : mi-longue, à la fois boisée et végétale.
On a ici un whisky qui se dévoile au fil du temps, avec une attaque assez discrète qui prend de la puissance petit à petit.  On a une excellente intégration de l’alcool, ce qui nous permet de profiter de toute la complexité du distillat de Highland Park associée à une maturation idéale en octave.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 21 février 2020

Review #677 : Laphroaig – Cairdeas – Féis Ile 2016


Review #677  : Laphroaig – Cairdeas – Féis Ile 2016


Après les versions
2014, 2015 et 2017, voici l’édition spéciale Féis Ile 2016 de chez Laphroaig.  Cette fois, ce sont des hogsheads de madère qui ont été utilisés pour l’affinage du single malt, après un passage tradtionnel dans des fûts de bourbon.
Comme pour les autres années, il ne s’agit pas d’un brut de fût, mais d’un single malt légèrement réduit. L’embouteillage n’est pas filtré à froid et n’a pas reçu de coloration artificielle.  L’édition reste limitée, mais nous ne connaissons pas le nombre de bouteilles.
L’inflence du madère est préondérante ici, avec un apport important de notes fruitées et une certaines richesse aromatique globale.


La dégustation

Nez : le nez est superbe et très aromatique, alliant les notes fumées/tourbées habituelles chez Laphroaig, à des aromes fruités, des fruits tropicaux et des fruits secs, à de l’herbe sèche et une belle minéralité renforcée par le caractère maritime de la distillerie.

Bouche : sèche, corpulente, complexe et riche, avec une belle fumée de tourbe terreuse et des notes super fruitées, plutôt sur les agrumes, beaucoup de bois et une association sel/iode avec une touche beurrée. Les 51% APV passent totalement inaperçus.
Finale : longue, de plus en plus sèche, avec une tendance fruitée et cendrée.

J’avoue apprécier de plus en plus l’influence du madère sur le whisky.  J’ai rarement été déçu par la richesse en fruits qu’il apporte et une belle complexité qu’on ne rencontre pas très souvent.  Tout cela combiné à un distillat de qualité... que du bonheur.  Je recherche maintenant les versions 2018 et 2019.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 19 février 2020

Review #676 : Dun Bheagan – Auchroisk 23 Years Old – 1995-2018


Review #676  : Dun Bheagan – Auchroisk 23 Years Old – 1995-2018


Auchroisk (prononcez “Ofreujsk”) est une distillerie très discrète car elle ne produit que pour alimenter les blends de J&B. C’est également l’une des plus jeunes distilleries d’Ecosse, en activité depuis 1974.  Le premier single malt embouteillé sous son propre nom date de 2001, avec un 10 ans d’âge de la collection Flora & Fauna.  C’est aussi le seul embouteillage officiel connu.


Dans sa gamme Dun Bheagan,  Ian McLeod a embouteillé un 23 ans, distillé en février 1995 et mis en bouteille en 2018, après 23 ans de maturation dans un bourbon hoghsead.  Ce single cask (#2061) a donné 236 bouteilles, réduites à 46% APV, mais sans filtration à froid ni coloration.
Lien whiskybase: https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/115890/auchroisk-1995-im

La dégustation
Robe : or profond

Nez : discret, boisé et assez floral/végétal, avec des arômes de vanille, d’agrumes et d’épices douces.
Bouche : la tendance végétale du nez se confirme, équilibre entre les agrumes, la cannelle, le gingembre, le chocolat, le caramel et la vanille.

Finale : mi-longue, florale, épicée avec des notes de miel.
Après 23 ans de mûrissement, on peut s’attendre à un peu plus de complexité et de richesse.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 17 février 2020

Review #675 : West Cork – 12 Years Old – Sherry Cask

Review #675  : West Cork – 12 Years Old – Sherry Cask Finnish

Il y a quelques mois, je vous parlais d’une version Rum Cask du 12 ans de chez West Cork (voir
ici).
Comme promis, voici le Sherry Cask, une autre partie de la trilogie des 12 ans d’âge sortie en 2016 et 2017.  Il restera la version Porto, mais je ne l’ai pas encore goûtée.

Pour celui qui nous intéresse ici, la maturation a été assurée par des fûts de bourbon et le nectar a, ensuite, été mis en affinage, pendant 110 jours, en fûts de Pedro Ximenez.
Le single malt est réduit à 43% APV, ce qui nécessite une filtration à froid.  Il est toutefois garanti sans colorant.
Lien whiskybase: https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/83626/west-cork-12-year-old

La dégustation
Robe : or clair

Nez : végétal et doux, avec des arômes d’amande, de vanille, de fruits rouges, de malt et une pointe mentholée.
Bouche : douce, légère et florale, sur des raisins secs, des fruits du verger, du chocolat, du caramel, du malt et un peu de poivre

Finale : courte à mi-longue, persistance du poivre et apparition d’une légère amertume.
Un West Cork marqué par le sherry mais pas assez complexe. Ca reste assez léger, plutôt pour l'apéro que comme digestif.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 14 février 2020

Review #674 : The Nectar of the Daily Drams – Deanston 19 Years Old


Review # 674 : The Nectar of the Daily Drams – Deanston 19 Years Old


En 2018, l’importateur/embouteilleur belge The Nectar proposait, dans sa gamme, une version de Deanston âgée de 19 ans.

Assez fan de cette distillerie, je suis sans cesse à la recherche d’embouteillages indépendants, en single cask et en brut de fût, qui reflètent le mieux, à mon sens, le caractère de la distillerie.

Ici, nous avons donc un whisky distillé en 1999 et embouteillé en 2018.  Nous n’avons pas de précisions sur le type de maturation ni sur le nombre de bouteilles sorties du fût.
Il y a eu également une autre édition qui titre 49.3% APV.


La dégustation

Robe : or jaune
Nez : assez doux et végétal, avec des arômes de fruits secs pouvant laisser supposer une maturation/finition sherry, des fruits tropicaux, du miel, du bois, du malt et un peu de menthol.

Bouche : douce, sèche, riche et fidèle au nez, herbacée, avec des notes de malt, de fruits secs, de fruits du verger, de miel et une touche poivrée qui donne du peps à la dégustation.
Finale : mi-longue, toujours très douce, asséchante et associant malt et fruits.

Toute la puissance de Deanston en brut de fût... très complet, complexe, super bien équilibré. Que demander de plus ?
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 12 février 2020

Review #673: Old Pulteney - Huddart

Review #673: Old Pulteney - Huddart

Pour les amateurs de single malt maritime, Old Pulteney est la référence incontournable.
Avec ce “Huddart”, la mer est un peu moins présente que dans un Flotilla, par exemple, malgré que soit noté sur l’étiquette “The maritime Malt”...

Huddart est le nom de la rue dans laquelle la distillerie se situe, elle même faisant référence au Capitaine Joseph Huddart qui aida la British Fisheries Society à construire la ville de Pulteneytown et son port devenu historique.

Mis en bouteille en 2018, Le Huddart est un NAS ayant mûri dans des fûts de bourbon et des fûts qui ont servi à maturer des whiskies tourbés au sein même de la distillerie. L’influence de la tourbe est négligable, juste une présence discrète en arrière-plan.
Lien whiskybase: https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/116462/old-pulteney-huddart

La dégustation
Robe : vieil or

Nez : assez fermier et végétal, peu habituel chez Old Pulteney.  On a bien une légère touche maritime, mais elle est partiellement occultée par une belle présence de fruits rouges bien mûrs, de miel, de bois et de menthol.
Bouche : crémeuse et légère, légèrement fumée, disons surtout un peu de bois brûlé.  Notes de vanille, de caramel, d’agrumes, une pointe de poivre, de cuir et une salinité toute relative.

Finale : courte à mi-longue, douce, sur du citron et une légère amertume.
Un single malt bien rond, et pas mal équilibré.  Il manque un soupçon de complexité, on est sans doute sur du whisky assez jeune.  Bon rapport qualité/prix.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 10 février 2020

Review #672 : Smooth Ambler – Old Scout TEN – batch #32


Review #672  : Smooth Ambler – Old Scout TEN – batch #32


La Smooth Ambler Craft Distillery est en activité, en Virginie Occidentale, depuis 2009 et produit du bourbon, quelques fûts par semaine, depuis 2010.  Ainsi, la distillerie nous gratifie de quelques single barrels depuis plusieurs années, mais aussi, dans sa “Old Scout Range”, de bourbons âgés de 10 ans.
Pour cette gamme, la distillerie a récupéré des fûts de bourbon distillé par la Midwest Grain Products of Indiana (MGP), qui est surtout connue pour ses marques Bulleit et Templeton (et d’autres moins connues chez nous).

Le bourbon embouteillé est composé de 75% de maïs, 21% de seigle et 4% d’orge maltée.  Ces proportions sont assez inhabituelles et donnent un profil aromatique particulier.

Celui que j’ai goûté provient du batch 32, mis en bouteille le 26.03.2015.


La dégustation

Robe : ambre
Nez : le maïs s’annonce avec des notes de sucre brun et de caramel. On décèle déjà bien la douceur qui nous attend à la dégustation.  Arômes de vanille, de miel, de pommes, d’agrumes, d’amandes grillées et une pointe de cannelle.

Bouche : crémeuse, riche et chaleureuse, la bouche révèle des notes de vanille, de caramel, d’agrumes, de réglisse, de sucre candi, de cannelle et un peu de tabac et de bois.
Finale : mi-longue, tout en douceur, sur de la vanille.

Bon, je vais le dire...  c’est l’un des meilleurs bourbons que j’ai eu l’occasion de goûter...  Je crois que je viens de trouver mon profil bourbon idéal, avec un taux de maïs plus élevé que dans la plupart des bourbons sur le marché.
J’attends la disponibilité d’un single barrel chez mon fournisseur. Là, je pourrai découvrir le profil de la distillerie elle-même, et partager avec vous mes notes de dégustation.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

vendredi 7 février 2020

Review #671: Raasay – While We Wait – 3rd release


Review #671: Raasay – While We Wait – 3rd release

Raasay est une toute nouvelle distillerie, en activité depuis 2017 sur l’île du même nom, coincée entre l’île de Skye et l’Ecosse.
En attendant de pouvoir commercialiser son premier vrai single malt, le propriétaire R&B Distillers a décidé d’utliser son nom pour un embouteillage indépendant “While We wait”, “Pendant que nous attendons”, sans doute pour faire déjà un peu connaître le nom de Raasay mais aussi pour commencer à faire rentrer des liquidités...
Nous ne sommes donc pas en présence d’un whisky distillé sur place, mais d’un assemblage de single malts tourbés et non tourbés en provenance d’une autre distillerie.  Son nom n’est pas officiellement communiqué, mais plusieurs sources se recoupent sur le fait qu’il s’agit de la distillerie préférée du capitaine Haddock.

Le troisième release date de 2017.  Un autre est apparu en 2018, puis, plus de nouvelle.  Le single malt a été maturé en fûts de bourbon, pour ensuite être mis en affinage dans des fûts de vin rouge toscan (Amarone ???).
Nous l’avons présenté en starter lors d’une de nos séances au Whisky Club 46 de Mons, et je dois dire que les avis étaient mitigés.

La dégustation

Robe : ambre
Nez : végétal, avec une très légère tourbe agrémentée d’arômes de caramel, d’agrumes et de vanille. Pas très complexe.

Bouche : sèche et astringente, une légère tourbe apparait durant les 3 premières secondes. Les deux premières gorgées sont assez rudes, puis le palais s’habitue.  Notes de céréales, de cannelle, de vanille, de réglisse, d’herbes aromatiques, de poivre et une touche de cerise.
Finale : mi-longue, asséchante, amère et épicée, avec un discret retour de la fumée.

Ce type de whisky n’est pas vraiment ma tasse de thé. Je me suis laissé surprendre par un caractère atypique, sans trop de complexité et avec de l’amertume à laquelle je suis sensible. Un « petit » single malt juste pour débuter une soirée, sans prétention, et pas trop cher.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

mercredi 5 février 2020

Review #670: SMWS – 16.36 - Glenturret 2010 – “Roasted Pineapples and Rejuvenated Road Surfaces”


Review #670 : SMWS – 16.36 - Glenturret 2010 – “Roasted Pineapples and Rejuvenated Road Surfaces”

Glenturret est une très vieille distillerie, et sans doute la plus ancienne d’Ecosse.  Officiellement, elle commence à produire en 1775, mais on a des traces d’une autre distillerie clandestine sur le même site depuis 1717.
Les embouteillages officiels actuels ne font pas vraiment l’unanimité.  La plus grosse partie de sa production alimente les blends Famous Grouse.
C’est encore une fois à travers d’embouteillages indépendants que nous pouvons trouver un single malt représentatif de sa typicité.

La Scotch Malt Whisky Society a embouteillé un Glenturret distillé le 25 novembre 2010 et ayant maturé 7 ans dans un bourbon hoghead recarbonisé.
Le fût 36.36 a reçu le surnom “Ananas grillés et surfaces routières rajeunies”...  Le ton est donné...
La disponibilité est limitée à 325 bouteilles.
Lien whiskybase: https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/126754/glenturret-2010-smws-1636  

La dégustation
Robe : or clair

Nez : explosion de fumée de tourbe, suivie d’une vague de fruits exotiques et d’agrumes. Ensuite, on se retrouve autour d’un feu de bois en forêt, avec ses arômes de végétaux humides et de bois qui se consume.
Bouche : fumée de tourbe terreuse, jambon fumé et cuir, suivis par les fruits du soleil, le miel, de caramel, de chcolat, une touche goudroneuse et un peu de suie. La bouche est puissante et surprenante.

Finale : longue, sur des agrumes et de la cendre froide.
Nous ne sommes clairement pas trompés lorsqu’on lit l’étiquette.  On a bien les fruits exotiques et les arômes de tarmac.  Ce n’est toutefois réservé qu’à un public averti, tant ce profil est particulier. Une expérience à tenter si vous en avez l’occasion.

Pat Whisky Explorer
Liste des whiskies testés sur ce blog : cliquer ici

lundi 3 février 2020

Review #669 : Penderyn – Rich Oak - 46%


Review #669  : Penderyn – Rich Oak - 46%


La gamme “Gold”, récemment sortie de chez Penderyn se décline en plusieurs types de maturation : le sherrywood, le Peated, le portwood, le madeira et le Rich Oak, qui nous intéresse dans cette publication.

Ce Rich Oak, lui-même, est disponible en différentes versions, 46%, 50% et single cask.

Je vous parle ici de la version réduite à 46%, maturée en fûts de bourbon et afinée en fûts de vin rouge « rejuvenated », « rajeunis », en quelque sorte.
Il s’agit d’un NAS sorti fin 2018, non coloré ni filtré à froid.
Lien whiskybase: https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/125335/penderyn-rich-oak

La dégustation
Robe : or jaune

Nez : après une explosion de vanille, apparaissent des arômes de caramel, de fruits tropicaux, de chcolat et d’herbe fraîchement coupée..
Bouche : crémeuse, principalement sur la vanille et le chocolat, avec un peu de caramel, de fruits tropicaux, d’épices comme la cannelle, la muscade et les clous de girofle.

Finale : courte à mi-longue, toujours sur la vanille.
Bon, quand on me dit « rich oak », je m’attends à une overdose boisée...  ici, c’est plutôt « rich bourbon », avec une importante place pour les notes apprortées par les anciens fûts américains.  Ca manque quand même de complexité.

A comparer avec la version 50% dès que possible.
Pat Whisky Explorer

Liste des whiskies testés sur ce blog :
cliquer ici